Gestion du temps au musée

Ce matin en lisant mon G&M, j’ai eu la surprise de reconnaître la fameuse photo de Harold Lloyd dans le film Safety Last.  Il se trouve que c’est aussi la photo que j’utilise dans mon profil pour mon compte Twitter.  Ce n’est pas une coïncidence.   Écrivains, peintres, gestionnaires, danseurs, sportifs, journalistes, politiciens ou autres,  le temps est une question  qui nous touche  et nous rattrape tous.

Christian Marclay , artiste visuel aux multiples visages, vient de sortir un « vidéo » considéré comme une véritable oeuvre d’art puisqu’une des six copies existantes vient d’être acquise conjointement par le Musée des beaux arts du Canada d’Ottawa et le Museum of Fine Arts de Boston.  Le vidéo est un collage de milliers de films de toutes les époques dont le point commun est le passage du temps représenté par l’heure.  En plus, chaque séquence où apparait l’heure que ce soit sur une horloge, une montre, un réveil etc… est parfaitement synchronisée avec l’heure qu’il est à votre montre au moment précis où vous visionnez le film.   http://www.youtube.com/watch?v=Y8svkK7d7sY

http://www.cnw.ca/fr/releases/archive/May2011/04/c9448.html

Autour de moi, je vois les gens utiliser toutes sortes d’outils technologiques ou pas pour mieux gérer leur temps avec plus ou moins de succès.  Pour ma part, je me suis mise au compte-minutes chaque fois que j’ai devant moi une tâche que je n’ai pas envie de faire.  Un petit tour de cadran de 15 -30 minutes et quand ça sonne, je m’étonne d’en avoir fait autant en si peu de temps.  Car le tout était de s’y mettre.  Hemingway avait pour habitude d’écrire tous les jours et de toujours commencer un premier paragraphe qu’il continuait de travailler le lendemain.  J’ai moi-même remarqué que pour écrire ces billets, la tâche est facilitée si j’ai mis en train le prochain billet dès que j’en ai terminé un .  On dit qu’en commençant une tâche mais en ne la finissant pas, le cerveau continue d’y penser et d’y travailler si bien que lorsqu’on se remet à la tâche, le travail est facilité.  C’est l’effet Zeigarnik du nom de la psychiatre russe Bluma Zeigarnik ( 1900- 1988 ): « Tendance à mieux mémoriser une tâche et ses aspects lorsque celle-ci n’a pu être terminée, se traduisant par un meilleur rappel des données concernant des problèmes ou des travaux inachevés »

Pour terminer voici un recap des petites lois du temps qui nous accablent:

La loi de Murphy: Toute chose prend plus de temps qu’on ne l’avait prévu au départ.

D’où l’intérêt d’améliorer progressivement nos prévisions.

La loi de Parkinson: Comme le gaz qui occupe tout l’espace disponible, le travail se dilate jusqu’à occuper tout le temps disponible.

D’où l’intérêt de se donner des limites de temps.

La loi de Carlson: Un travail fait en plusieurs fois prend plus de temps qu’un travail fait en continu.

D’ou l’intérêt de prévoir des plages de temps sans interruption.

La loi d’EinsenhowerOn confond souvent l’urgent et l’important.

D’où la nécessité de clarifier les priorités.

Avec ça, vous serez parés pour faire face au reste de la semaine!

Commentaires

  1. Cynthia a écrit:

    J’aime bien ton recap des lois sur le temps : pour ma part, j’ai rarement le prochain sujet en tête lorsque j’en écris un…

    • C’est vrai qu’il faut un heureux dosage entre spontanéité et planification…C’est tout l’art de la créativité! Bon sujet pour prochain billet! Je m’y mets?

Exprimez vous!

*