Pas de commentaires. No Comments

Aimez-vous recevoir du feedback? De la rétroaction?   C’est un des outils clés du coaching qu’il faut savoir maîtriser non seulement comme coach mais aussi comme employeur, collègue de travail, ami, parent.

Dernièrement, je lisais un billet de Jon Morrow, blogueur et entrepreneur américain comptant plus de 10 000 lecteurs, et il expliquait que pire que d’avoir des commentaires négatifs, c’était ne pas avoir de commentaires du tout!


Passer inaperçu est plus difficile à digérer encore que d’être critiqué. 

« Qu’on parle de moi en bien ou en mal, peu importe. L’essentiel, c’est qu’on parle de moi! » disait Léon Zitrone.

En bon coach, je n’avais d’autre choix que de faire le point sur une de mes activités reliées au coaching, l’écriture de mon blogue.  Catastrophe.  Si j’ai un ou deux commentaires par billet, c’est beau.  Certes, ma liste d’abonnés n’est que de quelque 70 noms, mais tout de même, il y a matière à se poser quelques questions .

Feedback et plan d’action

La démarche du coach est axée sur la réflexion, le questionnement, la mise en place d’actions qui permettent de rectifier le tir et une boucle perpétuelle appelée rétroaction ou feedback.

Sans feedback comment choisir les bonnes actions à prendre?

Voyez-vous combien lorsque vous recevez du feedback d’un collègue, de votre directeur ou d’un client, c’est véritablement de l’or en barre que vous venez de toucher?

Deux incontournables du coaching permettent de profiter pleinement du feedback :

  1. Comment donner du feedback  constructif?
  2. Comment recevoir du feedback?

Pour revenir à mon propre cas, mon feedback se résume à « pas de commentaires ».

Comme toute personne dans une organisation qui ne recevrait pas de feedback, je peux me dire :

« Tout va bien.  Je continue comme ça.  Pas de nouvelles, bonnes nouvelles »

 

Dans mon cas, que feriez-vous?

 

Vous demanderiez du feedback?  Bon réflexe!

Dans votre organisation, vous iriez voir des collègues, votre patron et vous leur demanderiez de vous donner leurs observations sur les derniers mois.

« Peut-on s’asseoir et revoir les projets sur lesquels je travaille sous l’angle de mes forces et des choses à améliorer? »

 

Un des avantages de prendre l’initiative de demander du feedback, c’est que l’on s’évite de mauvaises surprises.  Tôt ou tard, des nouvelles ou commentaires plus ou moins structurés seront donnés, mais en général sans vous donner le temps de vous réajuster, de réfléchir et d’agir.  Je connais des cas extrêmes où la personne en probation n’a pas vu son contrat renouvelé alors qu’elle était certaine que tout allait très bien. L’autre avantage évident est de pouvoir corriger une situation s’il y a lieu.

Ne pas donner de feedback: une grave erreur de gestion

Je ne dis pas que c’est bien, c’est même une erreur grave de gestion que de ne jamais donner du feedback jusqu’au moment où il est trop tard pour que la personne puisse remédier à la situation. Mais ce n’est pas mieux de ne pas demander du feedback lorsqu’on travaille depuis plus de 6 mois à quelque chose d’important et qu’on n’a encore pas eu de rétroaction.  Cette situation arrive trop souvent.  C’est pourquoi il est si important de demander du feedback si on ne vous en donne pas.

 

Alors, pour ma part, je peux donc continuer de travailler à écrire mes blogues comme avant ou je peux demander du feedback à mes lecteurs, à vous.

 

Vos commentaires me serviront alors de matière à réflexion et surtout de tremplin pour :

  • Choisir des sujets plus pertinents
  • Aborder les sujets sous un angle qui vous touche de plus près
  • Vous aider à vous servir du coaching dans votre vie professionnelle et personnelle

 

« Pas de commentaires.  No comments » est loin d’être utile pour améliorer sa performance au travail que vous soyez entrepreneur, coach, ou employé au sein d’une organisation.

 

Alors, je vous encourage à demander du feedback autour de vous aujourd’hui.

Je vous encourage aussi à en donner autour de vous  verbalement ou par écrit (je sais c’est un art, mais il faut le pratiquer pour le maitriser) et vous pouvez même commencer ici même en me laissant un commentaire sur ce billet.

Merci et au plaisir de vous lire!

 

 

 

 

 

 

Commentaires

  1. Pour donner un commentaire, il faut avoir confiance. Confiance que cela va aboutir ou tout au moins être pris en considération.

    Confiance aussi dans le canal qui le véhicule. Sur la toile, l’information est là pour rester à tout jamais et la nuance est difficile à exprimer…

    Un sujet passionnant pour la gestion saine et efficace! Bravo de soulever ce point si important.

  2. Diane Pageau a écrit:

    Bonjour.
    Tout d’abord vous dire que ce texte est très inspirant et reflète bien un malaise dans les organisation et même nos vies. Trop de gens oublient de donner de la rétroaction (souvent même encore plus quand c’est positif).
    J’ai lu une bonne partie de vos billets que je trouve très bons.

    • @diane @ gigi Pour un billet sur le feedback, vous m’excuserez d’enfreindre à une loi impérative du feedback: le donner le plus rapidement possible après l’événement. J’espère que vous vous rappelez que vous m’avez donné du feedback la semaine dernière et je vous en remercie! Je suis bien d’accord avec Gigi que donner du feedback à l’écrit requiert un lien de confiance implicite avec le blogueur et même son lectorat, comment le créer?
      D’autre part, écrire le feedback est encore une autre paire de manches que le donner verbalement. À l’oral, on peut toujours se reprendre si l’on décode qu’on a été mal compris. À l’écrit, il y a souvent sujet à interprétation. Une autre coach me racontait qu’elle utilisait les emoticones justement pour nuancer ses propos )))::: et je crois qu’elle a 100% raison. Pas plus tard, qu’hier j’ai eu l’expérience d’être mal comprise sur ma page Facebook :(
      Je vous fais en tout cas une promesse solennelle: je prendrai toujours en considération votre rétroaction! C’est le plus important pour trouver de bons sujets, améliorer le lien de confiance et la communication!
      Merci pour vos commentaires et au plaisir de continuer à vous lire.

  3. Écrivant moi-même un blogue je comprends le questionnement associé au « no feedback ».

    J’ai l’impression que quelques fois un point de vue est si clair dans la tête de quelqu’un qu’il ne voit pas l’intérêt de l’exprimer, surement que tout le monde pense comme lui/a déjà pensé à ce point. Réussir à scorrer un commentaire sur le web est un exploit!

    Au travail cependant, j’ai toujours eu le réflexe de demander l’avis des gens. En design graphique plus qu’ailleurs on travaille pour plaire aux gens. Lorsque nos clients ne nous expriment pas clairement leur opinion on fini par frapper un mur assez vite. On met donc toujours l’accent sur l’importance de la communication la plus franche possible.

    • Commentaire intéressant et qui me donne matière à réflexion. Je crois de plus en plus qu’écrire un blogue nécessite de trouver une voix un peu unique qui n’hésite pas à prendre une position même tranchée sur un sujet. Alors, le lecteur va se sentir plus motivé à s’exprimer. Je suis d’accord, recueillir des commentaires relève souvent de l’exploit! Alors, merci beaucoup pour votre intervention. En effet, c’est une chose d’avoir du feedback écrit et encore une autre que d’en recevoir verbalement en milieu de travail. Au plaisir de vous relire!

Exprimez vous!

*